LOT N° : 42

STATUE DE THOT-IBIS

Description

Egypte, période ptolémaïque, 332-30 av. J.-C.
Bronze
L. 34 cm

Provenance
Ancienne collection Béla Hein, Paris, France, collectionnée avant 1931
Collection privée européenne, acquis à Paris en 2007

Statuette en fonte creuse représentant un ibis blanc assis. Une grande attention a été portée au rendu précis des détails anatomiques de l’oiseau. La décoration incisée reproduit de nombreux détails anatomiques, comme la structure du bec, des yeux, des plumes et des pattes.
Très belle conservation, parties fi nales des pattes perdues, quelques lacunes dans le bronze.
Le culte de Thot, représenté sous la forme d’un babouin ou celle d’un ibis, est attesté dès l’Ancien Empire ; au Moyen Empire il se généralise dans toute l’Égypte. Son principal temple était situé à Hermopolis Magna, dans le 15e nome de Haute Égypte. Là, il est démiurge et n’a été créé par aucun autre dieu. Son épouse est Nehemet-aouy. À la Basse Époque, on le considère comme le fils de Rê et de Neith. Dans la cosmogonie hermopolitaine, il a organisé la matière et créé l’univers, par le Verbe créateur tombé de son bec. Il devient donc le dieu du langage et de l’intelligence, puis l’inventeur de l’écriture et dieu des scribes. Il édicte les règles de la société humaine et celles du panthéon devenant ainsi « Taureau de Maât ». Il est également maître du calcul, du temps, et des poids et mesures (l’unité de longueur, la coudée, d’environ 52 cm, serait basée sur la longueur d’un pas d’ibis). En guérissant l’œil de Rê, il devient, à la Basse Époque, patron des médecins.
En tant que dépositaire de la Maât, il intervient dans l’au-delà, en introduisant les défunts auprès d’Osiris et des quarante-deux juges. Lors de la psychostasie, le résultat est noté par Thot, puis comme auteur du
Livre des Respirations, il donne le souffl e de vie au trépassé. Il joue également un rôle important dans le mythe de La Lointaine

A ptolemaic bronze large statuette of Thot-Ibis.
Hollowed cast iron statuette representing a seated white ibis. Great attention has been paid to the rendering of the bird anatomical details.
The incised decoration reproduces many anatomical details, such as the structure of the beak, eyes, feathers and legs.
Very good conservation, fi nal parts of the lost legs, some gaps in the bronze.
The cult of Thoth, represented in the form of a baboon or an ibis, is attested from the Old Kingdom and spreadingthroughout Egypt in the Middle Kingdom. Its main temple was located at Hermopolis Magna, in the 15th nome of Upper Egypt. There he is a demiurge and was not created by any other god. His wife is Nehemet-aouy.
In the Late Period, he is considered to be the son of Re and Neith. In Hermopolitan cosmogony, he organized the matter and created the universe, through the creative Word fallen from his beak. He therefore becomes the god of language and intelligence, then the creator of writing and the god of scribes. He enacts the rules of human society and those of the pantheon thus becoming “Maat’s Bull”. He is also master of calculation, time, and weights and measures (the unit of length, the cubit, of about 52 cm, would be based on the length of an ibis step). By curing the eye of Ra, he became, in the Late Period, patron of physicians. As the custodian of the Ma’at, he intervenes in the hereafter, introducing the deceased to Osiris and the forty-two judges. During psychostasis, the result is noted by Thoth, then as author of the Book of Breaths, he gives the breath of life to the deceased.
He also plays an important role in the myth of La Lointaine. Ca. 332-30 B.C.

Estimation : 50 000 / 70 000 €
Retour haut de page