LOT N° : 5

PROTOMÉ DE TAUREAU

Description

Sumer, IIIe millénaire av. J.-C.
Pierre calcaire ; les yeux en coquillage et bitume (?)
H. 9,5 cm

Provenance
Ancienne collection particulière européenne, 1985
Christie’s New York, 9 juin 2009
Collection privée, acquis sur le marché américain de l’art, New York, en 2009

La tête de l’animal est caractérisée par de grands yeux en amande, le regard vivant rendu par l’intérieur en coquillage et la pupille en pierre noire (bitume ?). La zone
sus-orbitaire est marquée par trois profondes lignes courbées et creusées. Le museau est large et le sillon nasal est aussi défini par une ligne gravée et deux petites cavités. Présence de cavités pour la fixation sans doute dans un autre matériau des oreilles et des cornes.
ll s’agissait d’une oeuvre composite. Il est probable que de telles images étaient une sorte de substitut des animaux de sacrifice : leur présence était considérée comme une offrande symbolique et perpétuelle à la divinité. Tête complète mais recollée, quelques ébréchures ; petites restaurations. Pour une typologie similaire (en bronze) voir Musée du Louvre, inv. AO2676.
Le taureau : symbole de force et de fertilité
Chez les Mésopotamiens, depuis les premières ères dynastiques jusqu’à la période néo-babylonienne, l’image du taureau est directement reliée à celles des dieux.
L’animal joue d’ailleurs un rôle central dans les plus anciennes religions connues de la Méditerranée et des ses frontières. Il était considéré comme l’agent visible de la force invisible qui meut et féconde la nature. Le Taureau était pour les Sumériens du IIIe millénaire, une constellation reine, celle de GUD.AN.NA, qui marquait l’équinoxe de printemps et le début de l’année nouvelle. Le Taureau est longtemps demeuré le symbole du printemps et de l’ascension du Soleil.

A Sumerian limestone bullhead protome. Ca.3rd millenium B.C.
The animal’s head is characterized by large almond-shaped eyes, the intense look in shell and the pupil in a dark stone (bitumen?).
The supraorbital area is marked by three deep curved and hollowed out lines. The muzzle is broad and the nasal groove is also defined by an engraved line and two small cavities. Presence of cavities for fixing in composite probably in another material of the ears and horns.
It was a composite work. It is likely that such images were a kind of substitute for sacrificial animals: their presence was seen as a symbolic and
perpetual dedication to the deity. Head complete but glued, some chips; small restorations. For a similar typology (in bronze) see Louvre Museum, inv. AO2676.
The bull: symbol of strength and fertility
Among the Mesopotamians, from the early dynastic eras to the Neo-Babylonian period, the image of the bull is directly related to those of the gods.
The animal also plays a central role in the oldest known religions of the Mediterranean and its borders. He was considered the visible agent of the invisible force that moves and fertilizes nature.
Taurus was for the Sumerians of the third millennium, a queen constellation, that of GUD.AN.NA, which marked the spring equinox and the start of the new year. Taurus has long been the symbol of spring and the ascension of the Sun.

Estimation : 30 000 / 40 000 €
Retour haut de page