Lot 158 CADRE PHOTOGRAPHIQUE EN OR.

Par FABERGÉ, Saint-Pétersbourg.

De forme rectangulaire, la face principale est entièrement émaillée de bleu translucide sur fond guilloché de « grains d'orge »,

appliquée d'un semi de fleurs de lys finement ciselées en or rose, laissant apparaître sous verre biseauté un portrait photographique

représentant le roi Ferdinand de Bulgarie, dans un entourage de petites perles d'or. La bordure d'encadrement est ciselée de

frises de feuilles de laurier en or jaune sur fond d'or rose, retenues à chaque angle par une fleur en or rose. L'ensemble est

surmonté d'un noeud enrubanné en or rose serti au centre d'un cabochon en pierre de lune. Avec au dos son pied chevalet

ajouré et son attache de suspension en or. Bon état général, usures du temps, accidents au dos.

Poinçon titre : 56, Saint-Pétersbourg, avant 1896.

Poinçon d'orfèvre : ??????? : (Fabergé) et n° d'inventaire : 57821.

Poinçon du chef d'atelier : M. ?. : [Michael Evlampievitch Perchin (1860-1903)].

H.: 11 cm – L.: 8, 5 cm.

Poids brut : 142 grs.

Provenance : ancienne collection du prince Ferdinand de Saxe-Cobourg-Gotha (1861-1948), qui fut élu en 1888 prince souverain de Bulgarie et se proclama tsar des

Bulgares en 1908. Il est par sa mère, la princesse Clémentine d'Orléans, petit-fils de Louis-Philippe Ier roi des Français. Il épousa en première noce la princesse Marie-

Louise de Bourbon-Parme (1870-1899), avec qui il eut quatre enfants et dont est issue la maison royale de Bulgarie actuelle. A la mort de cette dernière, il épousa la

princesse Eléonore de Reuss-Köstritz (1860-1917), dont l'union avait été arrangée par la grande-duchesse Maria Pavlovna de Russie, née Marie de Mecklembourg-

Schwerin, amie de la princesse. Le roi Ferdinand était un grand amateur de bijoux et d'objets rares, et il était un client de la Maison Fabergé depuis la fin des années

  1. Ce cadre est très probablement un présent offert par le prince souverain à sa future épouse, née Bourbon-Parme, et descendante directe des rois de France, ce qui

explique la présence des fleurs de lys, à l'époque de leurs fiançailles en 1892 ou de leur mariage célébré le 8 avril 1893.

ESTIMATION : 60 000 / 80 000 €
Vendu pour : 70 000 €
Enchérir Poser une question
Retour au catalogue