Lot 122 PAUL GAUGUIN (1848-1903)

Léda - projet d'assiette
Zincographie sur papier coloré en jaune, découpée et collée sur une feuille sans doute pour servir de
couverture pour la série des Dix Zincographies.
Rare épreuve avec des rehauts de couleurs, mention du titre et nom de l'artiste à l'encre brune dans le bas.
Nombreuses altérations et taches brunes en surface, petits manques et accidents, coupure , légères éraflures.
Le support au verso a bruni et est tendu par des bandes de papier brun sur les bords.
220 x 204 mm
Feuillet : 310 x 250 mm

Provenance
Collection Georges Dorival Sociétaire de la Comédie Française
Puis par descendance jusqu'à l'actuel propriétaire

Bibliographie
Mongan, Kornfeld et Joachim 1b. Guérin 1. Exposition Gauguin et l'École de Pont-Aven, Bibliothèque Nationale, 1989, p. 18 et 19
Notes
Lors de l'exposition Universelle de 1889, des artistes tels que Paul Gauguin, Emile Bernard, Charles Laval, Louis Anquetin, Emile Schuffenecker, Louis Roy, Georges Daniel (de Monfreid) présentent pour la première fois leurs oeuvres dans le cadre de « l'Exposition de Peintures du Groupe Impressioniste et Synthétiste » au café Volpini, parmi lesquelles un album qui pourrait être celui des « Dessins lithographiques » de Paul Gauguin et des « Bretonneries » d'Emile Bernard.

Ces deux recueils prennent place dans une période de renouveau de l'estampe originale en France entre 1880 et 1890 avec la fondation de l'Estampe Originale dédiée à éditer à petit nombre des estampes originales, parution de manuels de collectionneurs et création de sociétés d'artistes dont la Société des peintres -graveurs fondée par Bracquemond en 1889. Tous cherchent à redonner ses lettres de noblesse à cet art et à toucher un large public, ce que Gauguin explicite dans une lettre à Vincent van Gogh du 20 Janvier 1889 : « j'ai commencé une série de lithographies pour être publié afin de me faire connaître. C'est du reste d'après le conseil et sous les auspices de votre frère ».

On constate que les épreuves sont cette fois numérotées, avec signature manuscrite des artistes, choix de papiers de couleurs et essais d'encrage avec parfois rehauts de gouache ou d'aquarelle afin de leur conférer des caratéristiques et une reconnaissance propre, la présentation sous forme d'album peut trouver son origine dans les albums de dessins japonais très en vogue à l'époque.

L'album de Gauguin, « Dessins lithographiques » comprend onze sujets dont Léda ou projet d'assiette qui a servi de titre, il donne une large idée de ses sources d'inspiratio que sont la Bretagne, Arles ou la Martinique. Cet album de zincographies fut tiré par Edward Ancourt sur un papier jaune canari pour la première édition en 1889 probablement à une trentaine d'exemplaires ( au maximum une cinquantaine), toutes les épreuves ne furent pas assemblées en album car Gauguin en vendait ou donnait de façon isolée . Les plaques de zinc furent laissées à son ami le peintre Emile Schuffenecker qui les vendit plus tard à Vollard, d'où une seconde édition en noir et blanc sur simili Japon vers 1900.

L' épreuve présentée provient de la collection Georges Dorival, comédien qui entra à la Comédie Française en 1917 et fut nommé «pensionnaire » de 1919 à 1939, année de sa retraite et de sa mort. Il participa à de nombreuses créations, donna également des cours de diction afin d'aider des élèves à préparer l'entrée du Conservatoire d' art dramatique de Paris, il tourna aussi dans plusieurs films. Il fut également un collectionneur d'art avisé, ssa collection ayant atteint plus de 500 numéros dans les années 1930, dont des oeuvres de Max Jacob, Raoul Dufy et Jean Dufy, Maurice Utrillo, Gen Paul, Renoir, Guillaumin, Cézanne, Jean Metzinger, André Lhôte etc...

ESTIMATED PRICE : 12 000 / 15 000 €
Bid Ask a question
Back to catalog